CONCARNEAU

 

Ville côtière et ancienne place forte de Bretagne, Concarneau est à la fois une Ville d’art et d’histoire, un important port de pêche et une station balnéaire. La ville de Concarneau est centrée autour de sa Ville-close, coeur de ville ceint de fortifications.

Concarneau (Konk-Kerne en breton, est située dans le sud du département du Finistère, dans une région appelée la Cornouaille. Pendant longtemps son port de pêche a été la principale activité de la ville, mais le tourisme et la construction navale sont devenus des activités importantes.


TOPONYMIE

Le nom Concarneau, Konk-Kerne en breton semble provenir de l'assemblage des mots suivants :

  • konk, conc ou concq, anse ou baie, ce terme désigne également une grande coquille selon Grégoire de Rostrenen, un coin ou une pointe selon Pelletier et selon le catholicon (vieux dictionnaire breton).

  • Kerne dont la traduction semble assez unanime, signifiant Cornouaille en breton. Il faut noter la graphie Kerneo en vieux breton, qui explique le suffixe en -eau dans la version française.

Ainsi, selon les traductions Concarneau signifie "abri, anse ou baie de Cornouaille" qui peut être comparé à Konk-Leon (le Conquet) signifiant donc anse ou baie du Léon.

Au fil des époques le nom évolue et on retrouve des noms différents selon les documents. Ainsi, selon les époques on trouve :

  • Conc en 1279 ;

  • Chonc vers 1330 ;

  • Conq en 1407 ;

  • Concarneau en 1489.


Le nom Lanriec, ancienne commune rattachée à Concarneau en 1959, tire son origine dans lan, ermitage et riog, probable fondateur de cet ermitage. Au cours des siècles on trouve les déclinaisons suivantes :

  • Lan Rioc au XI° siècle;

  • Lanriec vers 1330 ;

  • Lanreuc en 1368, en 1405 ;

  • Lanriec en 1535.


HISTOIRE :

La ville de Concarneau est construite autour de la Ville-Close. La ville de Concarneau est longtemps restée à l'intérieur de ses remparts. Des faubourgs se sont développés sur le continent autour de cette île-cité. Ce n'est que récemment dans l'histoire de Concarneau que la ville est sortie de ses remparts.

Néolithique

Les premières traces de civilisation à Concarneau n'ont pas été retrouvées dans la Ville-Close mais autour de la baie. La densité de l'habitat et les profonds remaniements de sols crées par les différentes constructions peuvent expliquer cette absence d'artéfacts.

Tout autour de Concarneau, on peut trouver des mégalithes attestant de la présence de civilisation au néolithique.

Fondation de la ville

L'acte le plus ancien, dans lequel est fait mention de Concarneau est le carticulaire de l'abbaye de Landévennec. Cet acte écrit aux alentours de 1050 ne cite pas directement Concarneau (ou tout autre nom désignant Concarneau), on y lit : Ego Gradlonus do sanclo Uuingualeo..., locum sancli Uuingualet in Buduc, V villas Traduit en Moi, Gradlon, je donne à St Guénolé, le lieu de Saint Guénolé, en la paroisse de Beuzec, cinq maisons.

Saint Guénolé (461-532) est le fondateur de l'abbaye de Landévennec. À l'époque, la paroisse de Beuzec regroupe l'actuel quartier de Beuzec et l'îlot de Conq. Les maisons dont il est fait référence furent constituées en prieuré sur la partie la plus haute de l'île. Aujourd'hui on peut situer cet endroit sur la place Saint-Guénolé. Les moines de Landévennec vont donc construire leur pieuré, et aider au développement de la cité.

Selon d'autre sources, Concarneau aurait été fondée par Concar fils d'Urbien et petit-fils du roi Judicaël. Il aurait chassé les pictes et se serait donc installé sur l'îlot rocheux de Concarneau. Concar baptise en 692 la ville Concar-Keroneos ou Conkerneos qui se traduirait par Concar, fils d'Urbien. Concar meurt en 725. Concarneau est pris par les Francs en 799, mais reprise par les bretons en 809;

X° Siècle :

La population a beaucoup augmenté. Une église est construite, la chapelle du prieuré étant devenue trop petite. Cette église étant toujours dans la paroisse de Beuzec. Conc est chef lieu d'une châtellerie ducale. Le duc Jean II fait construire un auditoire pour la cour ducale.

A cette époque il y a un sénéchal et les officiers ordinaires d'une justice, procureurs, sergents, notaires, etc. Une communauté constitué de bourgeois, de négociants et de pêcheurs vit dans la cité protégé semble-t-il par un donjon ou une tour fortifiée.

XIII° Siècle

Au XIIe siècle, seulement cinq villes de Bretagne (Rennes, Nantes, Vannes, Aleth et Dinan) sont ceinturées par un mur en pierre, le plus souvent il s'agit des fortifications gallo-romaine.

Il ne paraît pas possible de dater exactement la première ceinture murale en pierre, mais la période du XIIIe siècle ou début du XIVe siècle est la plus probable.

XVII° Siècle

Vers 1680 Vauban visite Concarneau et ordonne des travaux dans l'objectif d'améliorer le système de défense. Ces travaux sont achevés en 1694,

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

1. fabienne 21/02/2010

Quelle culture mon duig's!

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×