football

LES ENFANTS GATES DU SPORT (suite...et fin ???)

Je ne pouvais pas résister au fait de réagir à ce feuilleton digne des plus mauvaises émissions de téléréalité pour vous faire part de mon sentiment sur ce fiasco national et international que nous venons de vivre. J'ai quand même attendu le départ de l'avion d'Afrique du Sud pour livrer mes impressions  mêlées de grande colère, mais aussi d'ironie face à autant d'incompétence et de comportement irrationnel de la part d'une bande d'individus sensée représenter notre pays dans une compétition de niveau mondial.

Souvenez vous, le 9 mars 2010, je publiais un article sur le blog où je faisais déjà une forme d'éloge funèbre du football français. Les événements de ces derniers jours m'ont hélas donné raison, tant les errances et l'incurie de cette équipe d'enfants gâtés, même pas du niveau de CP dans une école primaire ont démontré toutes les qualités indéniables pour être la risée du monde. Je serais tenté de dire que je n'ai rien à y changer ou à y retrancher, mais malheureusement à y ajouter...

Je crois en effet que le malaise est encore plus profond que je ne le pensais et on nous promet des « vérités ». J'ai hate de voir jusqu'où on peut aller dans la bêtise de la part d'individus dont le quotient intellectuel avoisine celui d'une huitre ou d'une poule (sans jeu de mot malsain...)

Mais enfin qui sont ils pour refuser de recevoir une secrétaire d'état aux sports dont le seul tort a été de dire tout haut ce qu'elle pensait et ainsi de fustiger le système mis en place par les instances dirigeantes, véritables despotes au détriment des clubs amateurs qui versent une obole substantielle pour finalement entretenir une équipe de bons à rien, capables de prendre en otage le football national.

Quelle image diffusée vers les jeunes, qui s'identifient très souvent à ces idoles, aujourd'hui devenues des idoles de pacotille. Je plains les éducateurs qui devront faire preuve de pédagogie pour expliquer que le sport ce n'est pas ça et qu'il est sensé véhiculer des valeurs morales ????

Il y a quelques années, aucun joueur n'aurait osé se comporter de telle manière. Cette mutinerie est le résultat d'une faillite que l'on voudrait sans doute trop facilement attribuer à un seul homme, l'entraîneur. Mais finalement, de quelle autorité pouvait il se prévaloir, son remplacement, et même le nom de son remplaçant étaient annoncés avant même le début de l'épreuve. Cette véritable chasse aux sorcières dont il a été victime au cours de ces dernières années, et son comportement parfois cassant ou moqueur à l'égard des journalistes, ses maladresses, ont contribué sans nul doute à donner de lui une image d'incompétence et brouillée. A cet égard, le refus de serrer la main de l'entraîneur de l'équipe d'Afrique du Sud était un acte inutile, même s'il avait peut être des raisons de lui en vouloir. Mais quand on touche le fond autant y aller, on n'est plus à ça pret !!!

La grève de l'entraînement, devant les caméras du monde entier, est une honte pour le maillot français frappé du coq et de l'étoile de champion du monde. C'est également une honte pour le sport français. Le mal ainsi fait restera dans les mémoires collectives. L'éviction d'un joueur, qui n'a rien démontré sous le maillot national et qui j'espère ne le portera plus jamais de même que les meneurs de cette fronde, ne méritait certainement pas cette mascarade. Finalement on a eu les résultats qu'on méritait et ce retour rapide sur le sol national sera j'espère l'occasion d'avoir des explications complètes sur cette situation, d'un grand déballage. Pour ma part je pense aux jeunes joueurs dont c'était la première participation à ce mondial, qui devait être une fête, et un honneur de porter ce maillot aujourd'hui foulé aux pieds, transformant ce qui devait être une fierté en fiasco total par l'action irresponsable d'un petit groupe d'imbéciles jouant en quelque sorte aux caïds.

Les excuses avec des larmes de crocodiles ne suffiront certainement pas. Facile de dire que l'on renonce aux primes qui de toute façon n'auraient pas été versées du fait de cette élimination prématurée. Il faut quand même savoir que les salaires continuent à être versés par les clubs, alors pas difficile de vouloir jouer les grands coeurs quand on n'en a pas. Les contrats publicitaire, dont certains semblent toutefois remis en cause permettent  ne sont pas à négliger également. 

Un vaste chantier de rénovation attend les nouveaux responsables. Il faut faire table rase du passé et ainsi repartir sur de nouvelles bases en faisant preuve d'humilité et ainsi retrouver les valeurs fondamentales du sport, aujourd'hui totalement perdues de vue.

LES ENFANTS GATES DU SPORT

Depuis le match France – Espagne et la défaite de l'équipe de France, chaque commentateur y va de son analyse, de ses sentences sans appel, à savoir l'incompétence de l'entraîneur, devenu aujourd'hui l'homme le plus haï de l'hexagone une sorte d'exutoire qui supporte à lui seul tous les maux dont souffre le football professionnel.

La première question à se poser est : le football est il encore un sport ou une machine à faire de l'argent. Il suffit de lire la presse qui se fait des choux gras avec les transferts de plus en plus mirobolants, les records tombent régulièrement sans parler des salaires des joueurs. Il n'existe de part le monde bien peu de profession aussi lucrative, le salaire d'un footballeur professionnel, pour peu qu'il soit sélectionné en équipe nationale, atteint des sommets bien au delà des limites du raisonnable. D'où vient cet argent qui coule à flot ? Quelle naïveté de la part des instances dirigeantes de ce sport qu'elles soient nationales ou internationales, ou alors quelle complicité dans ce qu'il faut bien appeler aujourd'hui une incurie.

Chaque joueur de haut niveau a aujourd'hui son agent, véritable parasite qui négocie les contrats, les transferts, réalisés parfois au détriment de la carrière sportive. Les contrats publicitaires viennent s'ajouter donnant ainsi au joueur une valeur marchande, devenant ainsi aujourd'hui un véritable produit de marketing.

Les biens pensants vous diront, la carrière d'un footballeur professionnel est courte, il n'est donc pas déraisonnable qu'il est un salaire conséquent, il s'agit de préparer l'avenir. Quel avenir ? L'oisiveté ? Certains pourtant se reconvertissent avec succès, devenant entraîneurs, acteurs, journalistes. Qui oserait remettre en cause cette reconversion ? Les autres retombent dans l'anonymat, certains sont incapables de se reconvertir, car plus dure sera la chute et accepter de travailler pour gagner sa vie alors qu'on a connu une période dorée, la vie facile, n'est pas dans la logique des choses, dure réalité !

Les sommes folles qui circulent dans le monde du football ne trouvent aucune justification. Aujourd'hui il s'agit de monnayer son talent au plus offrant, quitte à faire banquette dans un grand club et ainsi ne plus avoir assez de temps de jeu pour conserver ce talent et une bonne forme physique, mais peu importe, le salaire tombe quand même et la sélection en équipe nationale est quasi certaine, ils font partie des « cadres ».

Alors imaginons le casse tête du sélectionneur qui voit arriver une bande d'enfants gâtés, leur chaîne hifi greffée sur les oreilles et qui tente de leur tenir un discours d'abnégation et de motivation. Il n'est certainement pas le responsable de cette méforme physique, qui est une faute professionnelle de la part des joueurs. Il est responsable de la sélection certes, de la tactique de jeu, mais pas de leur incompétence sur le terrain ni de leur incapacité à gérer un match de haut niveau.

L'argent et le sport n'ont jamais fait bon ménage, et il serait peut être temps de retrouver la raison. Un jeune qui démarre dans le monde du travail, qu'il soit ouvrier ou cadre, sait qu'il devra changer probablement plusieurs fois de métier au cours de sa vie professionnelle. Il n'a pas pour autant de salaire mirifique, tout juste le SMIC avec la précarité qui s'y rattache, le chômage le guette en permanence. Cette incertitude professionnelle devrait également s'appliquer à ces « sportifs » véritables mercantiles. Un peu d'humilité leur ferait le plus grand bien à l'instar des joueurs de rugby ou des handballeurs, qui ont pourtant gagné bien des titres, et qui n'ont pas honte de chanter l'hymne national lors de chaque compétition, alors que certains enfants gâtés du football mâchent leur chewing-gum. Mais tout est permis et malheur à celui qui oserait remettre en cause cet ordre des choses.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site