Blog

LES ENFANTS GATES DU SPORT

Depuis le match France – Espagne et la défaite de l'équipe de France, chaque commentateur y va de son analyse, de ses sentences sans appel, à savoir l'incompétence de l'entraîneur, devenu aujourd'hui l'homme le plus haï de l'hexagone une sorte d'exutoire qui supporte à lui seul tous les maux dont souffre le football professionnel.

La première question à se poser est : le football est il encore un sport ou une machine à faire de l'argent. Il suffit de lire la presse qui se fait des choux gras avec les transferts de plus en plus mirobolants, les records tombent régulièrement sans parler des salaires des joueurs. Il n'existe de part le monde bien peu de profession aussi lucrative, le salaire d'un footballeur professionnel, pour peu qu'il soit sélectionné en équipe nationale, atteint des sommets bien au delà des limites du raisonnable. D'où vient cet argent qui coule à flot ? Quelle naïveté de la part des instances dirigeantes de ce sport qu'elles soient nationales ou internationales, ou alors quelle complicité dans ce qu'il faut bien appeler aujourd'hui une incurie.

Chaque joueur de haut niveau a aujourd'hui son agent, véritable parasite qui négocie les contrats, les transferts, réalisés parfois au détriment de la carrière sportive. Les contrats publicitaires viennent s'ajouter donnant ainsi au joueur une valeur marchande, devenant ainsi aujourd'hui un véritable produit de marketing.

Les biens pensants vous diront, la carrière d'un footballeur professionnel est courte, il n'est donc pas déraisonnable qu'il est un salaire conséquent, il s'agit de préparer l'avenir. Quel avenir ? L'oisiveté ? Certains pourtant se reconvertissent avec succès, devenant entraîneurs, acteurs, journalistes. Qui oserait remettre en cause cette reconversion ? Les autres retombent dans l'anonymat, certains sont incapables de se reconvertir, car plus dure sera la chute et accepter de travailler pour gagner sa vie alors qu'on a connu une période dorée, la vie facile, n'est pas dans la logique des choses, dure réalité !

Les sommes folles qui circulent dans le monde du football ne trouvent aucune justification. Aujourd'hui il s'agit de monnayer son talent au plus offrant, quitte à faire banquette dans un grand club et ainsi ne plus avoir assez de temps de jeu pour conserver ce talent et une bonne forme physique, mais peu importe, le salaire tombe quand même et la sélection en équipe nationale est quasi certaine, ils font partie des « cadres ».

Alors imaginons le casse tête du sélectionneur qui voit arriver une bande d'enfants gâtés, leur chaîne hifi greffée sur les oreilles et qui tente de leur tenir un discours d'abnégation et de motivation. Il n'est certainement pas le responsable de cette méforme physique, qui est une faute professionnelle de la part des joueurs. Il est responsable de la sélection certes, de la tactique de jeu, mais pas de leur incompétence sur le terrain ni de leur incapacité à gérer un match de haut niveau.

L'argent et le sport n'ont jamais fait bon ménage, et il serait peut être temps de retrouver la raison. Un jeune qui démarre dans le monde du travail, qu'il soit ouvrier ou cadre, sait qu'il devra changer probablement plusieurs fois de métier au cours de sa vie professionnelle. Il n'a pas pour autant de salaire mirifique, tout juste le SMIC avec la précarité qui s'y rattache, le chômage le guette en permanence. Cette incertitude professionnelle devrait également s'appliquer à ces « sportifs » véritables mercantiles. Un peu d'humilité leur ferait le plus grand bien à l'instar des joueurs de rugby ou des handballeurs, qui ont pourtant gagné bien des titres, et qui n'ont pas honte de chanter l'hymne national lors de chaque compétition, alors que certains enfants gâtés du football mâchent leur chewing-gum. Mais tout est permis et malheur à celui qui oserait remettre en cause cet ordre des choses.

 

La politique (suite) Fils de... Petit fils de ... une affaire de famille

Il y a quelques semaines je vous faisais part de mon sentiment sur la politique en général, et de sa perte de crédibilité au sein de la population.

Dans le prolongement de cette analyse, qui n'engage que son auteur bien évidemment, je voudrais ajouter un élément à cette défiance que je considère pour ma part comme important.

Pierre Corneille (06/06/1606 - 01/10/1684) écrivait « Aux âmes bien nées, la valeur n'attend point le nombre des années » cette phrase peut sans conteste s'appliquer à la politique. En effet, quand on regarde ce qui se passe dans ce microcosme, pour paraphraser une premier ministre célèbre, on s'aperçoit qu'outre le fait que la politique devient une rente de situation, ce virus est aussi transmissible aux enfants, petits enfants. Ils dévalorisent, de par leur filiation, l’idéal de mérite républicain et d’ascenseur social que prétendent défendre leurs parents-candidats ou bien installés.

Cette situation n'est certes pas nouvelle, mais je ne résiste pas à l'envie de pointer du doigt ces nombreux héritiers ou pistonnés, dont le seul mérite est d'être le fils de, la fille de ou le petit fils ou petite fille de … et la place dont ils bénéficient traduit sans aucun doute un retour à une société de privilèges.

La méritocratie tant vantée par les plus hauts responsables de l 'état s'appliquerait donc à ceux qui n'ont pas la chance d'être bien nés ?

Aujourd'hui, il n'est pas rare de constater que, la fonction d'élu que ce soit d'une grande ville, du parlement ou d'une autre instance se transmet à sa progéniture, comme on transmet un bien meuble ou immeuble. Il suffit de bien choisir le lieu ou la circonscription et la dynastie se met en place tranquillement. De même, certains ou certaines sont recrutés dans des cabinets ministériels ou autres fonctions en relation avec le fonctionnement de l'Etat, avec le titre de conseiller ou de chargé de mission … Je ne citerai bien entendu aucun nom, d'autres l'ont fait avant moi mais force est de constater que quelque soit la tendance politique, ce système fonctionne très bien.

Les événements récents qui ont suscité tant de commentaires dans la presse en témoignent largement. De même, les élections régionales sont également l'occasion de voire apparaître certains noms en relation avec des hauts responsables actuellement en place ou des héritiers plus ou moins déclarés qui surfent sur la notoriété acquise d'un parent. La politique serait elle devenue un moyen de placer son fils ou sa fille dans une assemblée et ainsi de leur préparer un avenir? Le piston n'est donc pas grippé et trouve encore ici tout son sens, malgré les déclarations d'intention, la main sur le coeur, les yeux étonnés levés vers le ciel. Qu'on se le dise, le relationnel a encore de beaux jours devant lui, tout ceci bien entendu au détriment des personnes qui n'ont pas cette chance.

L'abolition des privilèges et des droits féodaux a été proclamée le 4 août 1789 par l'assemblée constituante. Loin de moi de souffler sur les braises, de vouloir jouer les anarchistes. Finalement on critique ce qui se passe dans certains pays étrangers où la démocratie est absente où le pouvoir se transmet de père en fils, ... Il est à souhaiter que notre pays n'entre pas dans une ère de népotisme avec une répétition habituelle de ces pratiques ce qui ne serait pas sans danger pour la démocratie.

 

LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU

« « Le temps perdu ne se rattrape jamais …. Alors continuons de ne rien faire » ». Cette citation de Jules Renard pourrait prêter à sourire mais elle peut aussi prendre un tout autre sens et devenir « à la recherche du temps perdu »

La recherche du temps perdu est un peu comme une fuite en avant. Le temps passe inexorablement et le tourbillon de la vie moderne, le contexte économique, la compétitivité de plus en plus exacerbée alliés à la précarité de l'emploi imposent aujourd'hui la performance, le slogan « travailler plus pour gagner plus » est à cet égard évocateur.

Tout ceci impose très souvent la mobilité géographique, l'éloignement avec pour corollaire la perte de certains repères. L'individualisme s'installe sournoisement au détriment des relations humaines. Ceci devient encore plus cruel quand on ne voit pas ou ne veut pas voir ce qui se passe autour de nous, les personnes en grande difficulté, nos parents qui vieillissent plus ou moins bien, seuls dans leur coin. Bien entendu on leur rend visite de temps en temps, pendant les vacances, souvent en « coup de vent »; la plage ou la promenade ne peuvent attendre.

Cette quasi absence de communication avec les parents, ne semble pas importante car le rythme effréné de la vie fait oublier l'essentiel sauf le jour où on prend conscience qu'ils vieillissent, deviennent des personnes très âgées ou quand la maladie survient. Il est alors parfois trop tard, tous ces rendez-vous manqués ne sont plus récupérables. Ils regardent seuls défiler leur vie alors qu'ils auraient tant de choses à partager. Prendre le temps de parler, d'échanger, de s'intéresser à eux leur procure une joie immense avec ce sentiment d'exister encore et d'être utile qui fait tant de bien.

Quand malheureusement la vie s'en va, ce vide devient très rapidement intolérable, et le remords nous poursuit de manière lancinante. L'absence est insupportable avec cette impression d'être passé à côté, de n'avoir pas su consacrer assez de temps pour parler, échanger, donner de la joie et de la tendresse au crépuscule de cette existence. Partager les joies et les peines, se rappeler qu'il nous ont élevé avec leurs moyens, qu'ils se sont dévoués pour nous, souvent simplement mais tellement heureux de notre réussite, de loin leur plus grande richesse. Peu importe les origines modestes ou aisées, savoir se contenter de ce que l'on a, de choses simples, ne pas vouloir tout tout de suite.

Alors pour ceux qui ont encore la chance d'avoir leurs parents, ou un parent, soyez présents, sachez en profiter après il sera trop tard et « le temps perdu ne se rattrape jamais ». On se culpabilise toujours après, mais la vie reprend vite le dessus sauf si on a ce sentiment lancinant du rendez vous manqué, de cette absence de communication, les cicatrices sont alors plus longues à se refermer, si elles se referment un jour.

Loin de moi l'idée de vouloir jouer le rabat joie de service ou celui de la mauvaise conscience. Je crois que l'expérience, le vécu, permettent d'avoir un avis sur certains sujets, opinion ou avis qui peuvent être contestés, mais dont le mérite est au moins de susciter les échanges et la confrontation. Tout ceci est déjà une forme de communication.

 

 

Le consommateur dindon de la farce

Le conflit des ouvriers du groupe pétrolier Total de ces derniers jours est une fois de plus révélateur des comportements humains dont les réactions peuvent devenir irrationnelles.

Les salariés des raffineries redoutent probablement à juste titre la diminution puis la disparition progressive du raffinage français dans le contexte mondial où la tendance lourde sera de raffiner dans les pays de production du pétrole. Ils posent des questions sur leur avenir, et les organisations syndicales jouent la surenchère face au groupe pétrolier et ses milliards de bénéfices. La perspective des élections régionales permet de faire monter la pression avec comme rêve non exprimé de bloquer le pays comme en 1968 et en 1995.

Sans porter de jugement sur l'origine du conflit, je n'en n'ai ni les connaissances suffisantes ni les compétences, il est intéressant d'observer les réactions des différents intervenants.

Très rapidement, le blocage des raffineries du groupe Total et les déclarations péremptoires des responsables syndicaux ont semé un certain trouble, voire un début de panique au sein de la population. Cette situation a été largement entretenue par les médias trop contents de tenir un sujet d'actualité brûlant et chacun y est allé de son commentaire. En effet, dès le début de ce blocus, la question de l'approvisionnement et d'une pénurie à brève échéance s'est posée. Ce spectre, brandit de manière ostentatoire a provoqué ce qu'on pourrait appeler « la ruée » vers les stations avec des files d'attente presque dignes des heures noires du rationnement.

Cette sur-consommation inhabituelle, il s'agissait en effet de remplir coûte que coûte non seulement son réservoir mais également des jerrycans, a largement contribué à ce début de pénurie dans les stations, situation largement commentées par les médias qui contribuaient ainsi à entretenir une forme de panique.

Outre cet effet pervers, les observateurs attentifs auront remarqué que les panneaux indicateurs des prix étaient pris d'une certaine frénésie, avec une hausse très significative du prix du litre de 10 à 12 centimes. Alors à qui profite le crime ? Certainement pas au consommateur une fois de plus dindon de cette farce politico médiatique.

Mais le plus inquiétant dans cette affaire concerne les conditions d'approvisionnement et de distribution du carburant en France. Total, avec ses six raffineries, assure environ la moitié de l'approvisionnement des 12 000 stations-service françaises et si le groupe éternue, c'est toute le pays qui est grippé. Une pénurie de carburant aurait de graves conséquences sur le plan économique et une grève qui menace de paralyser le pays n’est pas un conflit comme les autres, c’est une affaire d’Etat qui doit être traitée comme telle.

 

Calomniez il en restera toujours quelque chose !

L' art de parler pour ne rien dire ou plutôt si pour salir !

L'objet de mon propos aujourd'hui est la calomnie et le commérage, deux expressions intimement liées.

La calomnie est pour certaines personnes une occupation majeure, car elle permet de colporter de fausses informations sur une cible sans s'imaginer, on peut l'espérer ou alors la connerie n'a plus aucune limite ,les dégâts susceptibles d'être causés.

Ces rumeurs « «Ah??? tu n'es pas au courant? Moi je sais! J'ai entendu dire, On m'a dit! Il paraît que! Si si c'est certain celui qui me l'a dit est bien au courant ! » » etc. trouvent des oreilles sensibles pour les écouter et les diffuser.

Ces petites gens, c'est ainsi qu'il convient de les considérer, s'attaquent très souvent à des personnes à des années lumières de ces pratiques. Cette petitesse n'a d'égale que la bêtise et le plaisir de médisance visant à jeter le discrédit.

Ces cancans alimentent les conversations creuses, c'est le fait d'individus dont on peut penser que la capacité à tenir un propos construit et ouvert sur les problèmes qui nous entourent trouve vite ses limites. Il faut bien meubler le temps et c'est tellement plus simple de dénigrer.

Mais il faut savoir se méfier de l'eau qui dort, le réveil peut parfois être brutal. Le vieux lion qui dort tranquillement peut se réveiller subitement et se mettre à rugir, régler certains comptes et ainsi faire des dégâts.

L'écriture en est un moyen. Ce courage intellectuel de montrer que la duperie a certaines limites permet de faire connaître son opinion sur des sujets qui tiennent à coeur sans se cacher derrière un quelconque pronom indéfini . Elle sert aussi à mettre en garde les personnes qui pourraient se sentir concernées par ces observations et de prendre rendez-vous pour l'avenir. Il faut parfois savoir appuyer où ça fait mal.

Toute ressemblance avec des personnes dont la spécialité est la calomine et le commérage, qui viendraient malheureusement à se reconnaitre dans cet article, n'est pas fortuite.

Calomniez, Calomniez il en restera toujours quelque chose et tant pis pour la victime !!!

Quelques définitions utiles à rappeler :

  • Calomnie : attaquer, blesser l'honneur de quelqu'un par de fausses imputations. Synonymes : accuser, attaquer, baver, débiner, dénigrer, diffamer, discréditer, médire, mentir, salir, souiller, traîner.

  • Commérage: cancan, indiscrétion, racontar.

 

LA TELEREALITE (Suite) - Le Miroir aux alouettes

Je l'avais déjà abordé très rapidement dans mon précédent article, mais je ne résiste pas à vous donner mon sentiment sur ces émissions dites de variété où après un casting mené sur l'ensemble du territoire national, on réunit quelques jeunes apprentis chanteurs, leur faisant espérer qu'au bout de quelques semaines ce seront des stars....

Il faut quand même admettre que quelques uns ont réussi à sortir leur épingle du jeu, ils ne sont pas nombreux. Ceci étant que sont devenus les autres, y compris certains gagnants de ces émissions ???? je vous laisse deviner...Disparus, Oubliés...


Plus dure sera la chute car on s'habitue vite à cette petite notoriété pour utiliser une expression connue ""on croit que c'est arrivé"". Cette "starisation" grâce à ce petit écran présent dans la quasi totalité des foyers est dangereuse et cette lucarne formidable relais de diffusion de l'image donne une fausse idée sur la réalité.

La télé réalité ne serait donc pas aussi réelle qu'elle peut le prétendre, mais plutôt un miroir aux alouettes où on se brule les ailes !!!
En effet, quand les projecteurs s'éteignent on se retrouve tout seul et il faut une très grande force de caractère pour gérer cet oubli progressif mais rapide.

Pour les chaines de télévision c'est tout bénéfice, des émissions de variétoche avec "des élèves" un jour portés au pinacle et le lendemain voués aux gémonies par un jury dont certains membres règlent quelques comptes avec le système. Il fallait quant même oser mettre une chanteuse, dont je tairai le nom par charité chrétienne, dans un jury alors que son seul fait d'arme est d'avoir vanté la "banane" et aussi le fait d'être brune !!! L'entendre commenter les prestations de ces jeunes est quand même un grand moment de télévision !!!


On ne devient pas "vedette de la chanson" du jour au lendemain, ceci est le fruit d'un travail de longue haleine. La gloire acquise très vite est éphémère. Certaines vedettes ont connu cette descente aux enfers (drogue, alcool, mal de vivre) avec parfois son cortège de drames. Alors faites en sorte que ces jeunes qui tentent d'entrer dans ce monde où il faut être très fort et qui ne concède rien soient protégés, et non utilisés et jetés tel un mouchoir de papier par un système qui n'a que faire de l'humain mais qui cherche à tout prix la rentabilité. Eh oui au risque de me répéter encore de l'Audience, de l'Audimat....et bien entendu les parts de marché.

LA TELE REALITE

Aujourd'hui la «télé réalité» est devenue incontournable et chaque chaîne de télévision y va de son émission de plus en plus croustillante, car il s'agit de faire de l'audience «AUDIMAT» au détriment de la qualité.

Je ne parlerai pas dans cet article de ces émissions musicales où quelques braillards avec pour certains un Q.I. digne d'une huitre montrent très vite leurs limites très souvent en-dessous de la ceinture.


L'objet de mon propos aujourd'hui est la Ferme Célébrités en Afrique …. vaste programme.

Prenez des chanteurs ou acteurs ringards, en mal de notoriété ou presque oubliés, quelques individus à l'égo sur-dimensionné, dont le seul fait d'arme est la provocation et la bêtise, rajoutez quand même une ou deux personnalités dont on peut se demander «mais que sont elles allées faire dans cette galère», secouez bien le tout et vous aurez une émission où la stupidité sera le fil conducteur. Pour se donner bonne conscience chacun défend une association ou une noble cause... sans pour autant dévoiler son cachet, les agriculteurs en pâliraient de jalousie eux qui éprouvent tant de difficultés de nos jours...

Il faut quand même être en manque d'imagination ou se moquer vraiment du téléspectateur pour oser diffuser ce genre d'inepties. J'ai hâte de voir certains peoples traire les vaches ou alors quelques animaux sauvages (comme on est en Afrique ont peut tout imaginer). Le jour où cela arrivera surtout faites le savoir autour de vous et faites chauffer les magnétoscopes et autres systèmes d'enregistrement... ce sera collector


«Sainte Audience» et «Saint Audimat» (pas encore canonisés mais en bonne voie) faites que mes parts de marché soient importantes, que le téléspectateur regarde nombreux ces inepties, ceci me rapportera beaucoup d'argent. Je pourrai encore créer quelques émissions à moindre coût mais qui rapportent beaucoup et ainsi satisfaire les actionnaires.


On ne vit pas dans un monde parfait, mais 'il y a sans nul doute quand même mieux à faire mais quand vient le règne de l'argent tant pis pour nous, consommateurs ignorants que nous sommes.
Il n'y a pas de doute, finalement rien de tel qu' un bon livre.

LA POLITIQUE C'EST PATETHIQUE

Sans vouloir faire un exercice de style, je pense que ces deux mots riment parfaitement bien quand on regarde ce qui se passe.

Un récent sondage fait apparaître que 67% des français ne font plus confiance aux politiques qu'ils soient de gauche, de droite ou d'ailleurs....


Quand on observe ce qui se passe aujourd'hui, les petites phrases, les règlements de compte par médias interposés qui se gargarisent de cette situation «ça fait de l'audience» «ça fait vendre du papier» je crois que cette confiance ne va pas s'améliorer.


Aujourd'hui le premier parti politique en France est celui des abstentionnistes et des gens qui mettent un bulletin blanc dans l'urne.

Pourquoi ????
Les politiques se posent ils parfois la question ???
Je n'en suis pas certain, ils paraissent tellement déconnectés de la réalité qu'ils en oublient les fondamentaux. La politique n'est pas une réussite sociale, où le pouvoir permet tous les excès et le maniement de la langue de bois un sport national «Parler pour ne rien dire ou pour égrener des lieux communs» n'a jamais fait avancer la démocratie.

Le politique est avant tout au service des citoyens et c'est quand même l'élection au suffrage universel qui lui permet d'exercer cette fonction normalement précaire, mais pour certains devenue une rente de situation.

On est même prêt à tout pour sauver son pré carré, (c'est à dire défendre son domaine, son territoire réservé et les éventuelles prérogatives qui s'y attachent). Je crois que cette définition correspond à l'image qui ressort aujourd'hui. Bien des démocraties sont tombées par l'incurie des politiques, et il serait temps de prendre conscience que l'on ne manipule plus l'opinion comme il y a peut être plusieurs dizaines d'années en arrière où on faisait croire que le «savoir» était réservé à une certaine élite...
Alors n'oubliez pas que vous êtes au service de la nation et de vos concitoyens, que vous êtes observés, que vos actes sont évalués. Les belles paroles ne suffisent pas, et la sanction est le bulletin de vote avec toutes les conséquences inhérentes à cette précarité qui devrait vous caractériser et non pas profiter du pouvoir pour obtenir bien des passe-droits, ce qui est malheureusement trop souvent le cas.

Je n'ai pas la prétention de détenir la solution, mais un peu de bon sens, d'humilité, d'honnêteté intellectuelle et de probité sont indispensables pour retrouver la confiance dans la politique.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site